Les nouvelles lignes directrices de la Société cardiovasculaire du Canada sur la prévention et le traitement des maladies cardiaques bouleverseront les soins, préviendront les handicaps et sauveront des vies

Canadian Cardiovascular Society urges medical community to adopt new recommendations for treatment of heart failure, cardiorenal disease, dyslipidemia and atrial fibrillation

OTTAWA — le 24 janvier 2023 – Quatre ensembles de lignes directrices sur les soins cliniques, publiées systématiquement au cours des derniers mois par la Société cardiovasculaire du Canada (SCC), ont le potentiel de transformer les soins cardiovasculaires au pays et de sauver des milliers de vies, comme l’explique la présidente de la Société, la Dre Michelle Graham, directrice de la division de cardiologie de l’Université de l’Alberta.

« Les lignes directrices contiennent des renseignements importants et d’importance vitale qui doivent être mis à la disposition des cliniciens de première ligne dans tout le pays », déclare le Dr Jonathan Howett, membre de la SCC, président du Comité des lignes directrices de la SCC et cardiologue au Libin Cardiovascular Institute de l’Alberta. « Les répercussions de ces nouvelles lignes directrices sont considérables. »

Fondées sur le travail rigoureux des groupes d’experts de la SCC, qui ont passé en revue les essais et les recherches du monde entier, les lignes directrices révisées préconisent :

  • une nouvelle approche révolutionnaire par plusieurs médicaments dans le traitement de l’insuffisance cardiaque. plus de 600 000 Canadiens vivent avec une insuffisance cardiaque et plus de 90 000 personnes reçoivent ce diagnostic chaque année;
  • l’utilisation de deux classes de médicaments hypoglycémiants pour traiter les maladies cardio-rénales; pas moins de trois millions de personnes au pays vivant avec une insuffisance cardiaque, une maladie rénale chronique ou un diabète de type 2 pourraient profiter d’un accès élargi à ces nouveaux médicaments;
  • de nouvelles cibles pour la gestion de la dyslipidémie ou de l’hypercholestérolémie; la dyslipidémie touche la plupart des personnes au pays à un moment ou à un autre au cours de leur vie et constitue la principale cause d’athérosclérose, c’est-à-dire d’obstruction des vaisseaux sanguins;
  • une approche globale de la détection et de la prévention de la fibrillation auriculaire (FA); près d’un million de personnes au pays vivent avec la fibrillation auriculaire, un rythme irrégulier ou une fréquence cardiaque rapide.

Insuffisance cardiaque

Ce qu’il y a de nouveau et de passionnant dans les lignes directrices sur l’insuffisance cardiaque, c’est la recommandation d’administrer « d’emblée » les quatre traitements médicamenteux standards aux personnes souffrant d’ICFER (insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite, affection où le côté gauche du cœur propulse mal le sang), au lieu d’utiliser une approche par étapes, comme l’explique le Dr Sean Virani, chef de la cardiologie de Providence Health Care à Vancouver et coprésident du groupe d’experts.

« Grâce à cette nouvelle approche, nous verrons de meilleurs résultats chez des milliers de patients au pays. Dans notre pratique, nous voyons les avantages littéralement tous les jours »,explique le Dr Virani. « L’approche a remplacé notre ancien algorithme en matière de traitement des patients atteints d’insuffisance cardiaque. Elle est transformatrice. Nous sommes vraiment à l’avant-garde à l’échelle mondiale. »

Maladies cardio-rénales

Deux classes de médicaments couramment prescrits pour abaisser le taux de glucose chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (les GLP-1RA et SGLT2i) ont montré qu’elles réduisent les hospitalisations et les décès chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque et de maladie rénale chronique, qu’ils soient diabétiques ou non, selon les nouvelles lignes directrices sur la protection cardio-rénale.

« Ces médicaments doivent être intégrés tôt dans les plans de prise en charge des patients pour en tirer les meilleurs avantages à long terme », explique le co-président du groupe d’experts, le Dr John Mancini, professeur de médecine à l’Université de la Colombie-Britannique. « Nous sommes en mesure de prolonger la vie, de prévenir les événements cardiovasculaires indésirables majeurs et de protéger les reins. »

Dyslipidémie

De nouvelles approches énergiques visant à réduire les maladies cardiaques liées au cholestérol font partie d’une mise à jour approfondie des lignes directrices sur la prévention et le traitement de la dyslipidémie. « La dyslipidémie est l’un des principaux facteurs de risque dans le développement et la progression de la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse », estime le Dr Glen Pearson, professeur de médecine à l’Université de l’Alberta et coprésident du groupe d’experts.

Les recommandations comprennent une analyse sanguine unique chez la population générale pour la lipoprotéine (a) (Lp(a)), qui est un facteur de risque de maladie cardiovasculaire; l’utilisation de nouveaux médicaments hypolipidémiants efficaces, y compris des médicaments injectables, pour traiter les personnes qui n’obtiennent pas une maîtrise optimale par un traitement par statine; la mesure des biomarqueurs non liés au jeûne, soit l’apolipoprotéine B (ApoB) ou le cholestérol non à lipoprotéines de haute densité (non-HDL), en tant que solution de rechange à la mesure du taux de lipoprotéines de basse densité (LDL), en particulier chez les personnes présentant des triglycérides élevés; et une recommandation contre l’utilisation de suppléments d’huile de poisson oméga-3 en vente libre, car ils ne présentent aucun avantage cardiovasculaire.

Fibrillation auriculaire

Représentant la révision la plus approfondie des recommandations de pratique en une décennie, les lignes directrices canadiennes sur la fibrillation auriculaire (FA) préconisent de considérer cette affection comme la manifestation d’une maladie cardiovasculaire plus vaste et plus complexe. La façon la plus efficace de lutter contre la FA est d’adopter une approche globale qui tient compte de l’incidence de l’affection sur les symptômes et la qualité de vie, des conséquences indésirables de la FA, comme l’AVC, et de l’importance de la contribution des facteurs de risque cardiovasculaire et des conditions de risque concomitant, explique le Dr Jason Andrade, cardiologue de Vancouver et coprésident des lignes directrices. « Il s’agit d’un changement radical de conception des choses qui sera transformateur pour améliorer davantage les résultats pour les personnes au pays atteints de fibrillation auriculaire. »

En plus des soins fondamentaux, tels que la prévention des AVC et la maîtrise des symptômes, les lignes directrices mettent fortement l’accent sur la prise en charge de l’hypertension artérielle, du diabète, de l’obésité, de l’inactivité physique, de l’apnée du sommeil et d’autres facteurs de risque. Les recommandations préconisent également la création de cliniques multidisciplinaires spécialisées pour traiter les personnes atteintes de FA de manière globale afin d’améliorer leur santé et leur bien-être général.

L’application des connaissances permet d’intégrer les lignes directrices dans les soins aux patients

Les activités, ressources et outils d’application des connaissances de la SCC aident les professionnels de la santé cardiovasculaire canadiens à intégrer les lignes directrices dans les soins aux patients. Ils sont axés sur la sensibilisation et la formation, et fournissent des outils et des ressources de référence pratiques. Les activités et ressources actuelles comprennent des webinaires en ligne, des guides de référence de poche, des diapositives éducatives, des outils de calcul et des feuilles de travail. Consultez nos ressources ici : https://ccs.ca/fr/ressources-relatives-aux-lignes-directrices/

À propos de la Société cardiovasculaire du Canada
La SCC est la porte-parole nationale des cliniciens et des scientifiques du domaine cardiovasculaire, représentant plus de 2 300 cardiologues, chirurgiens cardiaques et autres spécialistes de la santé cardiaque au Canada. Elle fait avancer la santé cardiaque pour le bien de tous en établissant des normes d’excellence en santé et en soins cardiaques, en perfectionnant les connaissances et le savoir-faire des équipes de soins cardiaques, en influençant les politiques et en défendant la santé cardiaque de tous les Canadien(ne)s. Visitez : https://ccs.ca/fr/

Demandes de renseignements des médias :
Danielle Côté
Directrice des communications
Tél. : 613 799-9057
Adresse courriel : cote@ccs.ca